vendredi 15 avril 2016

Je suis dermatillomaniaque mais je ne souffre plus de dermatillomanie


J'ai envie de rédiger un article un peu plus personnel et vous parler de ma dermatillomanie.

J'avais déjà rédigé un article sur le sujet sur mon ancien blog 
mais je n'avais pas le recul que j'ai aujourd'hui.


Quand je l'ai écrit il y a près de 3 ans maintenant, je voulais rendre cette maladie moins tabou. En effet, rien que le nom était (et est toujours) encore étranger à de nombreux médecins. Même pour moi, il aura fallu des années pour découvrir que je n'étais pas dingue et encore moins seule. J'avais envie de sensibiliser les gens, de leur faire comprendre qu'il n'y a rien de simple là-dedans.

Suite à cet article, j'avais été étonnée du nombre de personnes qui m'avaient laissé un commentaire m'avouant qu'ils en souffraient aussi mais n'en parlaient jamais.

Pour entrer dans le vif du sujet: qu'est ce que la dermatillomanie? Aussi appelée acné excoriée, la dermatillomanie est un comportement répétitif centré sur le corps. C'est un trouble caractérisé par la vérification, le triturage et/ou le grattage répété et excessif de la peau. Il s'agit d'une maladie psychologique beaucoup plus commune que ce que l'on pense. En effet, des milliers voire des millions de personnes sont concernées mais on n'en parle pas.

Ce comportement peut détruire une vie, au point où des centres d'aide et de paroles comme pour les alcooliques anonymes existent aux USA. Pourquoi parler des Etats-Unis? Parce qu'en Europe cette maladie commence seulement à être connue, et encore...

En écrivant ces lignes, je découvre qu'un site français a désormais ouvert ses portes avec formulaire de contact et explications de ce comportement... j'ai juste envie de dire "merci"!

Pour ma part, j'en ai toujours souffert du plus loin que je m'en rappelle. J'écris "souffert" parce que oui, il s'agit d'une véritable souffrance. Visage défiguré, dégoût de soi après une "crise", incompréhension de la part des proches (la fameuse phrase "mais pourquoi t'arrêtes pas tout simplement?" me rend encore hystérique à l'heure actuelle! Dites ça à un drogué et on verra si ça marche!) On se sent seule, différente et profondément moche. Les remarques à l'adolescence sont blessantes, les premiers amours sont durs à vivre, les longues relations demandent de se confier sur un sujet tabou, un véritable poids à porter.

A l'heure actuelle, je ne souffre plus de dermatillomanie mais je reste dermatillomaniaque, c'est-à-dire que je n'ai presque plus de plaies, je sais me maîtriser mais parfois, l'envie de me rapprocher d'un miroir et de triturer ma peau persiste. C'est un combat de chaque jour.

Comment j'ai réussi à m'en détacher?

La plus grande partie a été travaillée avec ma psy. On a déterminé ensemble les éléments déclencheurs de crises, les émotions qui y sont liées, les moments où je chipote à ma peau et on s'est concentré dessus pendant plusieurs semaines-mois. C'est comme cela que j'ai découvert que je ne crise pas quand je stresse comme on pourrait le penser mais quand je doute et que je me perds dans mes pensées ou quand je me sens vraiment mal à l'aise. Comme si cela me permettait de me reconnecter à moi-même.

J'ai également modifié mes réflexes, à savoir qu'au lieu de me faire du mal, je prends soin de ma peau. Masque pour le visage, gommage, crème, soins... Peu importe. Il faut que je touche ma peau alors tant qu'à faire, je la chouchoute.

Mais j'ai également osé en parler à mes proches, à ma famille, à mes collègues. Au début honteuse et terrorisée à l'idée d'un retour négatif, je me suis rendue compte que finalement, les gens autour de moi se tracassaient pour moi et tout ça leur était bien égal en réalité (moi qui y pensais presque H24, ça m'a fait un choc de savoir que certaines personnes ne l'avaient même pas remarquée).

Et c'est comme ça que petit à petit, j'ai arrêté de me gratter les épaules, puis j'ai arrêté d'ajouter à ces grattages des ustensiles style épingles pour percer au mieux, puis j'ai réussi à sortir de chez moi sans fond de teint de secours (ce qui a été une des phases les plus difficiles pour moi), puis sans fond de teint tout court, avant d'arriver à éprouver du plaisir à juste toucher ma peau sans la triturer.

Désormais, j'ai une peau très abîmée, qui me complexe encore mais moins (assez pour oser sortir sans maquillage). Les risques de cancer de la peau sont bien présents et n'ont rien de drôle. Mais j'arrive enfin à m'en détacher.

J'arrive à ne plus me remaquiller en journée et m'assurer qu'on ne voit rien (comme si on savait le cacher...), je ne panique plus quand j'ai une plaie visible et j'ose en parler ouvertement. 

Pour la petite anecdote, le dernier médecin m'a dit ouvertement "mais qu'est-ce que vous avez fait à votre peau?" avec l'air accusateur-dédaigneux digne d'un vrai médecin! Là où j'aurais rougi et j'aurais été mal à l'aise, je lui ai clapé sec ce que c'était et que je trouvais ça dommage qu'il ne soit pas au courant!

J'écris cet article non pas pour me plaindre ou qu'on me comprenne puisque maintenant, je l'assume. J'écris plutôt cet article pour les personnes qui en souffrent et n'en parlent pas. Il existe des niveaux pires que le mien (même si je peux vous assurer que j'ai atteint un niveau très élevé de cette maladie à un moment donné de ma vie, je ne préfère pas rentrer dans les détails mais j'ai frolé plusieurs septicémies ) et des souffrances plus lourdes, mais il est possible d'en sortir! Je ne dis pas en 2-3 mois mais c'est faisable!

Je me rappelle il y a encore quelques années lire un article avec une femme qui s'en était débarrassée et me dire: "Mais comment? C'est impossible! Je suis maudite!" Et me voilà maintenant!

Je suis fière de ma peau qui a tenu le coup. Je remercie la vie de m'avoir donné cette maladie qui m'a permis dans un sens de tenir le coup face à de dures épreuves dans la vie. Je suis reconnaissante puisque grâce à cette maladie (oui oui "grâce à" et non pas "à cause de") je suis devenue une personne empathique, à l'écoute de la souffrance des autres et à l'écoute de mon corps.

Sans tout cela, je ne serais pas la même personne aujourd'hui. 

Cet article est encore assez difficile à écrire pour moi. Une petite boule à l'estomac s'est installée, comme la peur de me dire "et si je rechute?" mais je sais que si c'est le cas, j'ai la force de me relever désormais!

Prochaines étapes? Aller dans un institut pour me faire faire un soin visage et accepter que quelqu'un d'autre regarde et touche ma peau. Et par la suite, réaliser une opération au laser. Cela fait plusieurs années que j'en parle mais tant que ce comportement est présent, avec avis médical et psychologique, cette opération risque de faire pire que mieux.

Pour les personnes intéressées, voici quelques liens:

http://dermatillomanie-france.com/
http://www.madmoizelle.com/dermatillomanie-temoignage-234930 (un très bel article sur le sujet)
https://grattagevisage.wordpress.com/


mercredi 6 avril 2016

Les 3 applications dont je ne pourrais plus me passer



Bonjour mes licornes!
(oui ça fait hype/cool/genre on est intime non?)

Après m'avoir posé la question plusieurs fois, je me suis dit que ça pourrait être chouette de vous partager
3 applications dont je ne pourrais plus me passer!

Promis, il n'y a aucun sponsoring derrière vu que ces applis sont gratuites (c'est que du bonheur <3)




Tout d'abord, l'application Tao Mix

Il s'agit d'une application permettant de faire des associations de son pour créer une ambiance et pouvoir se déteeeeeeendre. 

Étant hypersensible, le matin, j'ai besoin de rester dans ma bulle un certain temps. Je vis chaque bruit, chaque parole, chaque personne qui râle dans le train comme une véritable agression.
Autant dire que cette petite appli a changé ma vie. 

Bien évidemment, pour avoir accès à l'ensemble des sons disponibles, il faudra payer. Mais en attendant, j'ai réussi à me faire quelques musiques d'ambiance sans débourser un euro et je suis en train d'écouter un son de rivière/petits oiseaux au moment où j'écris cet article, ce n'est que du bonheur.





L'application Nike +

Je pensais que cette application était connue de tous, un peu comme Runtastic mais apparemment pas.

Il s'agit d'une application de run qui permet toute une série de programmes pas trop mal fichus.
Je vous explique: il y a 3 options en réalité. Vous pouvez courir librement et l'application calculera simplement vos km, votre temps, vos calories, vos dénivelés etc. Mais vous pouvez également prédéfinir un certain nombre de km ou de temps de course auquel vous tenir. Et pour finir, il existe également un principe de coaching pour attendre les 5-10-20 km sur 3 niveaux (débutant - intermédiaire - expert).


Pour ma part, j'ai suivi le coaching de 10 km pour débutant. Assez difficile avec des horaires de boulot mais j'ai pu progresser rapidement et je fais maintenant mes 5 km cool cool.
Je viens de recommencer un programme de 10 km en intermédiaire et je vois déjà une différence.

À côté de ça, il est possible de gagner des niveaux, de suivre l'activité de vos amis et de suivre des graphiques d'évolution que je trouve vraiment bien faits et motivants!






L'application RespiRelax

Dans un tout autre style, beaucoup de personnes autour de moi savent que je suis sujette aux crises d'angoisses suite à mon burn out. Même si maintenant je n'en fais presque plus, j'utilise encore régulièrement cette application de respiration.
Le principe est simple. Il s'agit d'une petite bulle d'eau qui monte et qui descend. Le but est d'inspirer quand elle monte et d'expirer quand elle descend.
On peut choisir le ratio de respiration et le temps de l'exercice.
Pour ma part, l'association Tao Mix + RespiRelax avec une touche d'huiles essentielles m'ont permis d'éviter quelques jolies crises assez embarrassantes. En attendant, je le fais encore assez régulièrement quand j'ai quelques minutes au boulot pour me déconnecter et me détendre. 



Voilà mes 3 applications indispensables que je consulte au minimum 1 à 2 fois par semaine et qui ont considérablement changé ma vie même si elles sont toutes simples!