Message de bienveillance à toutes les (nouvelles) mères imparfaites


Parce que je reçois (étonnamment) un nombre incalculable de messages en privé sur Instagram pour me dire que vous êtes rassurées de voir que vous n'êtes pas les seules à parfois galérer avec Bébé, j'ai eu envie d'écrire un joli message de bienveillance à toutes les mères imparfaites, à toutes celles qui culpabilisent, à toutes celles qui ne ressemblent pas au stéréotype des magazines... aux vraies mamans en fait.

On nous fait croire que tout est inné, que tout est instinctif, que notre patience n'a aucune faille et que l'épanouissement apparaît d'office avec la maternité. 
Je vous rassure si ce n'est pas le cas... bravo! 
Vous faites partie des 99,5% de la population qui ne rentre pas dans ce cadre.
 Les 0,5% de mères restantes sont soit super chiantes soit mentent (ou sont sado-maso).


N'oubliez jamais que l'on a fait des films sur "Bridget Jones" et pas sur "Miss parfaite"! 
Il n'y a aucune discussion possible à: "Et toi comment ça va?" ... "Super!" 
Ah ben... tant mieux...



Message de bienveillance à toutes les mères imparfaites

Sache que tu n'es pas seule. Oh que non. Bois un verre de vin, propose-en un à la maman en face de toi, enivre-la et elle t'avouera tous ses pires secrets: les mêmes que les tiens.

Parce que non, ce n'est pas grave si en te retrouvant à la maternité avec ton bébé dans les bras, dès le début, tu t'es dit: "Et maintenant, qu'est-ce que je fais?", "je dors: je l'abandonne; je reste éveillée: je vais m'épuiser". En moins de 3 jours, avant de sortir de l’hôpital, tu as déjà développé cette culpabilité totalement féminine et parentale qui risque de te suivre quelques années. Félicitations, tu es maman.

Parce que non, ce n'est pas grave si tu allaites ton enfant en public et que ça choque, ni même que tu ne l'allaites pas et que ça choque aussi. Parce que tu fais chaque jour ce qu'il y a de mieux pour ton Bébé. Chaque jour, tu te dépasses, tu vas au delà de ce que tu n'aurais jamais pu imaginer, tu apprends à faire passer l'avis des gens au-dessus de ta tête et tu te bats pour tes convictions.

Parce que non, ce n'est pas grave si tu es épuisée alors que tu vois des mamans courir des marathons ou combattre la faim dans le monde. Toi, tu es au bout de tes capacités. Tu donnes chaque jour un peu plus. Et tu sais que même si tu t'écroules à 20 h, cette nuit ou demain, tu seras à nouveau debout, à faire ce que tu peux, comme tu peux, par amour. Ton bébé s'en rend compte et t'aime d'autant plus pour tout ça.

Parce que non, ce n'est pas grave si l'amour que l'on t'avait promis met du temps à venir, que tu ne comprends pas totalement cet instinct maternel parce qu'entre la fatigue, les pleurs, tes nerfs, les nouveautés, tu es juste contente de tenir le coup. Je te rassure, tout vient à point. Tu n'en restes pas moins une super maman.

Parce que non, ce n'est pas grave si tu ne sais pas lui acheter plus de 4 vêtements et 3 jouets, ni même si tu lui en achètes 500. Ton bébé te regardera avec les yeux de l'amour et te remerciera de le tenir au chaud, près de toi et de tout faire pour le voir sourire.

Parce que non, ce n'est pas grave si parfois tu as envie de l'étriper, tu ne supportes plus ses pleurs et après 2 semaines de vie, tu claques la porte pour aller te balader 10 min en culpabilisant d'être une horrible mère. Sache que l'on passe (presque) toutes par ce stade mais que l'on ne l'avouera jamais. Et pourtant, cela ne fais pas de toi une mauvaise mère. Tu sais que tu es à bout, tu préfères t'en éloigner et souffler que de passer à l'acte.

Parce que non, ce n'est pas grave si tu pleures de fatigue en lui donnant le biberon/en lui changeant sa couche/en supportant ses pleurs du soir. Bébé ne se souviendra que d'une chose: "maman s'occupe de moi".

Parce que ce n'est pas grave si ta maison est en bordel, tes amis te reprochent ton absence, tes repas se résument à des lasagne-tartines-chips. Chaque chose en son temps. Tu te dépasses, tu apprends, tu découvres, tu donnes le meilleur de toi-même. Quand tu auras trouvé un rythme avec Bébé (et tu le trouveras, je te le promets), tout se remettra en place petit à petit.

Parce que non, ce n'est pas grave si parfois tu te retrouves à te regarder dans un miroir, la tête de travers, les cheveux en chignon, le t-shirt dégueulasse et les kilos en trop alors que ta copine X se la pète en 36 après une séance shopping. Toi, tu as donné la vie. Un accouchement équivaut à un marathon, sache-le. Alors bravo. Laisse ton corps se reposer aussi.

Parce que non, ce n'est pas grave si tu retournes travailler ou si tu préfères garder Bébé à la maison, ce n'est pas grave non plus si tu lui cuisines des petits plats maisons ou si tu achètes du tout fait, ni même si tu sors te balader tous les jours ou si tu préfères rester à la maison. Chaque jour, tu fais au mieux, tu jongles avec tes 24 h pour lui apporter le plus de choses possibles tout en étant tenue par des contraintes qui ne dépendent pas de toi.

Parce que non, tu n'as pas à culpabiliser d'être une mère imparfaite. 
Tu restes une magnifique personne qui doit s'occuper entièrement de la vie d'une nouvelle âme. Tu travailles pour deux, tu vis pour deux, tu t'organises pour deux. Ton bébé n'attend pas une maman parfaite. Ton bébé attend une maman qui fait de son mieux, avec le plus d'amour qu'elle est capable de donner à ce moment-là.

Nous sommes toutes différentes, avec des patiences différentes, des envies différentes et des visions différentes. 
Fais au mieux, regarde ton bébé et sois fière de la belle âme à qui tu as donné la vie.


3 commentaires:

  1. Très beau message, je penserais à le relire le jour où je serai maman à mon tour ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Ton texte est tellement vrai! Vivent les mamans imparfaites!

    RépondreSupprimer